Les arrivées du jour #1

C’est parti pour ces mises à jour plus régulières au sujet des trouvailles de LDVELH. Comme annoncé hier, j’ai récupéré aujourd’hui de nouveaux titres.

image

Avec au moins une rareté, Car Wars : A fond la caisse, écrit par Steve Jackson (l’américain, pas l’anglais à qui l’on doit des LDVELH formidables comme Le Manoir de l’Enfer, la tétralogie Sorcellerie ! ou encore La Créature venue du chaos). Là encore, on est sur une série malheureusement pas traduite intégralement en France avec seulement deux titres traduits sur six parus en VO.

Le Captain America vient rejoindre le Spiderman dont je parlais hier. Cela fera deux aventures bien sympa à jouer je pense (même si je n’ai jamais été un grand fan du Cap’).

Un autre Sherlock Holmes vient aussi s’installer sur mes étagères. Logiquement, j’en ai encore un autre qui devrait arriver dans la semaine qui vient ou la suivante. Même si je tarde à m’y plonger, j’ai vraiment hâte de pouvoir enquêter et voir si un LDVELH de ce genre est vraiment bon à lire-jouer.

Pour finir, un second exemplaire de La Nuit du Météore, mis de côté pour de futurs éventuels échanges.

Les titres hors Gallimard sont de plus en plus nombreux sur mes étagères, et j’en suis très content ! Et je poursuis ma quête, avec toujours la même patience pour obtenir chaque titre à un prix convenable.

Attrapez-les tous !

Publicités

Dernières acquisitions #10

Il était temps de refaire un point sur les dernières arrivées dans ma collections de LDVELH. Il faut dire qu’on s’était quitté en février avec de belles entrées. Eh bien, le dernier mois a été très riche en coups de chance pour dénicher des raretés, après une longue période sans trouver trop de livres interactifs sur les étalages de mes fournisseurs habituels.

IMG_20160429_174947 (1).jpg

J’ai commencé sagement vers avril avec un premier arrivage duquel se détachent les trois aventures dans l’univers de L’Œil Noir, qui a l’avantage d’être en même temps un jeu de rôle. Je ne sais plus s’il y a des scénarios à jouer en solo parmi les trois, mais je suis toujours ravi de mettre la main sur de nouveaux scénarios. Ravi également de trouver un Sherlock Holmes, il me semble qu’ils ne sont pas évidents à trouver en Histoires à jouer. Pour l’anecdote, La Forêt du Dragon est tristement réputé pour sa nullité. Il sera certainement dans les tréfonds de ma pàl, mais j’oserai le jouer, oui j’oserai !

Il ne se passe plus rien jusqu’à la fin août. Mais là…

14086293_10210292122404524_3032161518504165298_o.jpg

C’est le début d’une bien belle série de trouvailles. Le Dragon de la Nuit ne figure pas parmi les titres les plus évidents à dénicher, et là je mets la main sur la version que je ne possédais pas encore (sur l’autre le bleu de « Un livre dont vous êtes le héros » est remplacé par une couleur dorée). Pour la petite anecdote, ce titre fut le dernier des Défis Fantastiques inédit publié en français avant une pause de 8 ans et la sortie de L’Œil d’Émeraude. Avec La Revanche du Vampire, il fait également partie des titres à ne pas avoir été publié dans la culte première édition que nous avons connue gamins.

Pas grand chose à dire sur Le Trésor des Pharaons en revanche. Il fait partie de ces titres pour lesquels je ne croise pas nécessairement les doigts avant de plonger dans les livres d’occasion, mais il permet de poursuivre la collection. Après tout, il sera peut-être sympa à jouer !

img_20160913_171712

Un titre de R.L. Stine glané lors d’un passage chez Emmaüs. C’est plutôt destiné à un lectorat plus jeune que les LDVELH de Gallimard, mais justement cela m’intéresse toujours de voir comment est géré un titre court et sans règles. Je ne perds pas de vue l’envie de participer au mini-Yaz’ en  2017 si le thème m’inspire.

14359110_10210507214541693_1764811281949677572_n

Ensuite est venu le temps du Quai des Livres 2016, à la mi-septembre, toujours un bon filon d’approvisionnement. Et la récolte de cette année est vraiment excellente grâce aux deux titres publiés au Livre de Poche : La Marque du Samouraï et le légendaire Les Guerriers du Feu. Quelques « Vivez l’aventure » en plus, c’est bien cool pour dans une poignée d’années quand mes maintenant deux Padawans seront en âge de partager ces aventures avec leur Maitre Jedi Papa. Un petit Sherlock Holmes également au passage, toujours pas testé cette série, mais je suis curieux de voir comment l’aspect enquête/résolution est géré.

Et ce n’était que le début, car…

img_20160920_202402

Vous vous rappelez les manèges de notre enfance ? Le pompon, le tour gratuit, tout ça ? Eh bien là, c’est un peu la version LDVELH d’avoir attrapé le pompon. Sur cette photo, deux grosses grosses raretés avec Les Adorateurs du Mal, qui me permet de compléter enfin La Saga du Prêtre Jean avec son cinquième tome hyper dur à trouver, et également C’est toi Fantômette, l’unique livre interactif publié en Bibliothèque Rose. Et non seulement j’ai eu un bol monstrueux de les trouver, mais à 20 cts pièce, c’est tout juste hallucinant. J’ai même encore du mal à y croire en l’écrivant.

Le Spiderman, il me semble que c’est pas mal non plus de l’avoir trouvé. D’ailleurs je devrais récupérer demain un autre titre de cette série sur les super-héros Marvel (3 titres traduits en français seulement sur les 8 parus en anglais) : celui sur Captain America. J’ai même vu passer le troisième, Serval : La Nuit du Fauve, mais à 18 euros le bestiau, j’ai laissé mon tour.

img_20161011_170616

Et on termine par une petite madeleine à double effet : un LDVELH dans l’univers des Transformers, écrit par l’excellent Dave Morris ! Au passage, on remarquera que le traducteur ne doit pas être un fan de la série animée parce que « Robosaures »… On verra si ce LDVELH destiné aux plus jeunes, comme le R.L. Stine ci-dessus, est intéressant comme immersion dans le monde de nos robots transformables préférés.

Demain, quelques nouveaux titres qui arrivent sur mes étagères, je ferai en sorte de vous les présenter au plus vite. Et tant qu’à faire, à poster une petite photo ici à chaque nouvel arrivant (enfin si ça vous intéresse bien sûr).

Pause à durée indéterminée

On le sentait venir. Les mises à jour n’étaient pas assez fréquentes, elles s’espaçaient peu à peu. Et depuis pratiquement deux mois, plus rien. Malgré un concept initial enthousiasmant pour les lecteurs comme pour moi, le BDVELH est en train de disparaître peu à peu dans les limbes du web. Un blog de plus qui n’aura pas tenu au temps.

Je ne suis pas en train de dire que je ferme la boutique pour cette expérience interactive. Du moins pas encore. Cependant, il est clair que le BDVELH entre dans une période de pause qui pourrait être longue, voire sonner son glas. Les lecteurs sont plus ou moins partis. Je les comprends, avec le rythme de publication, j’en aurais certainement fait autant. L’idée de départ était chouette, mais était-elle adaptée à ma façon d’écrire ? C’est l’écueil que j’aurais dû anticiper.

Il faut dire que j’ai souvent (re)découvert à mes dépens l’effet pernicieux de l’écriture « porte ouverte » (lire à ce sujet ce que Stephen King dit sur le fait de rester « porte fermée » comme impératif pour la rédaction de son premier jet dans l’excellent Écriture : Mémoires d’un métier). J’aurais là aussi dû sentir les difficultés qui se soulèveraient en cours de route.

Pour autant, je n’ai pas l’envie de laisser ce récit au point mort. Je vais donc reprendre son écriture d’ici peu, mais de façon plus « traditionnelle ». Je reviendrai peut-être vers la version en ligne à un moment donné, mais je préfère ne pas m’avancer à ce sujet pour l’instant.

Je remercie tous ceux qui ont suivi le début de cette aventure et qui l’ont fait vivre pendant quelques mois ! J’espère pouvoir proposer prochainement sa version complète.

Quant à ce blog-ci… la rentrée est un bon moment pour s’y remettre, non ?

Faut se décider

Réfléchir à son prochain texte, c’est bien, et c’est nécessaire, mais il arrive un moment où il faut passer à l’action.

Cela fait pas mal de temps que j’hésite entre deux points de départ pour le BDVELH. Que j’essaie de me documenter sur divers thèmes. Penser implications, tenter l’extrapolation. Et oublier le principal pour cette aventure : le côté fun, non prise de tête, pour pouvoir reprendre contact avec l’écriture tout en me faisant plaisir avec un premier essai de récit interactif.

Alors je me suis enfin décidé entre les deux approches pour celle qui est peut-être la plus fun justement. Cela signifie que je vais enfin pouvoir commencer à écrire sous la ligne « Introduction/Prologue ».

space-halo-2-1626962FreeImages.com/David Cowan

Une hirondelle ne fait pas…

le BDVELH !

Je sais, j’avais dit que je voulais le lancer au début du printemps (en même temps, il commence seulement donc même si je le faisais d’ici une quinzaine, je serais encore dans les clous, non ?), mais faut reconnaître que les dernières semaines (mois ?) ont été bien bien plus chargés au niveau pro et au niveau perso que je ne l’avais anticipé. Je suis resté tout le dernier mois le nez dans le guidon, à flux tendu pour le boulot, tout en gardant prioritairement de l’espace pour passer autant de temps que possible avec mon petit padawan.

« Et ton projet de blog dont on sera les héros dans tout ça ? », me direz-vous. Il est toujours en phase de maturation. J’avance tout doucement dans mes lectures et quelques idées qu’il faudrait que je note quelque part commence à émerger au fur et à mesure où j’ai l’esprit qui parvient à se focaliser de nouveau dessus.

A_Fire_upon_the_Deep_Vernor_VingeMa lecture du moment, toujours A Fire upon the Deep de Vernor Vinge, est vraisemblablement en train de changer pas mal de choses dans mon rapport durable à la littérature SF. Enfin ! serais-je tenter d’ajouter. J’ai déjà un début de brouillon d’article à ce sujet dans un coin de mon disque dur.

Le moment du grand départ est donc un peu différé, mais je garde bon espoir de ne le repousser que d’une durée raisonnable. J’avoue que je compte sur un flux moins tendu au niveau pro pour cela, mais vu comment j’ai mal anticipé les dernières semaines, il est certain qu’il va falloir m’organiser plus efficacement (je teste depuis quelques jours le bullet journal pour gérer le taf au niveau pro, on verra s’il y a un véritable gain de productivité). Mais une chose est sûre, vous embarquerez d’ici peu pour les confins de la galaxie.

To infinity… and beyond!

planete-essai1