La Bibliothèque Infernale

Quoi de plus normal, pour un libraire, que de vivre parmi les livres? Mais il y a toutefois certaines limites à la conscience professionnelle: car lorsqu’un jour le libraire croise le chemin d’un ouvrage plutôt étrange, que le Livre en question s’avère être hautement diabolique et qu’il aspire le malheureux entre ses pages pour lui faire vivre un tourbillon d’aventures infernales, là, c’est une autre paire de manches… Vous n’aimeriez pas être à la place de ce libraire?

Malheureusement pour vous, « La Bibliothèque Infernale » est une histoire dont justement VOUS, ami lecteur, êtes le principal protagoniste! Prêt à vous lancer?

On les attendait depuis l’apparition du livre numérique : les Livres Dont Vous Êtes Le Héros (que l’on nommera affectueusement par leur petit nom LDVELH par la suite) nouvelle génération. La Bibliothèque Infernale, c’est le premier titre publié par un éditeur, en l’occurrence Walrus. Pour l’occasion, Walrus crée une nouvelle collection : la collection « Rendez-vous au 14 ».

N’y allons pas par quatre chemins, je me suis éclaté en jouant cette histoire ! Comme un fou, comme au bon vieux temps, avec un petit quelque chose de plus. Certainement cet humour qui faisait défaut à nombre des LDVELH de mon adolescence, ou bien le style utilisé, très bon, sans oublier l’univers choisi : une bibliothèque, des livres et des trouvailles à n’en plus finir ! Un caméo sympathique de liseuse au début et à la fin du récit est un bon clin d’œil au support du texte.

Tout commence par un texte d’introduction, qui prend le temps de nous plonger progressivement dans l’aventure. Ici pas besoin de décrire des règles, pas de feuille de personnage, pas de dé. L’auteur s’est fort bien débrouillé à trouver des mécanismes de substitution qui ne nuisent pas au rythme de la lecture.

Chaque étage que l’on découvre, une fois plongé dans la Bibliothèque à proprement parler, est une petite merveille d’idée, les références m’évoquant un peu, mais pas de façon aussi poussée quand même, l’imagination débridée de Fforde dans ses Thursday Next.

Je suis mort plusieurs fois (forcément), mais au moins là c’est rarement à cause d’un jet de dé traître en plein milieu d’un combat difficile. Les diverses façon de mourir sont elles aussi ingénieuses (Ah ! L’étage de métal et ses habitants ! ). Et puis, comme dans tout LDVELH qui se respecte, il y a des petites illustrations, régulièrement, de la main de l’auteur lui-même.

En résumé : si vous adoriez les LDVELH étant plus jeunes, plongez dedans sans hésiter, si vous ne connaissez pas et que vous avez envie d’une lecture ludique, bien écrite, ingénieuse, ne passez pas votre chemin, c’est du tout bon ! Cette collection démarre bien, et j’ai hâte de voir venir les prochaines parutions (d’ailleurs les soumissions sont ouvertes auprès de l’éditeur) !

La Bibliothèque Infernale

Neil Jomunsi

Walrus, 2012 – 4,99 € (sans DRM)

Publicités

Poèmes mythologiques

Le voilà le bonus !

J’ai compilé sur Feedbooks (mise en page pas optimisée du coup pour les poèmes, mais large diffusion) les quatorze poèmes remis en ligne tout au long de ce Printemps des Poètes 2012.

J’avoue que c’est aussi un test grandeur nature pour voir si la poésie peut vraiment trouver ses lecteurs en numérique (ou tout simplement à notre époque en fait). Selon les conclusions, il sera temps d’envisager (ou pas) la création d’un recueil plus ambitieux, travaillé à la main grâce aux précieux conseils de mise en page de Jiminy Panoz et Liz Castro.

N’hésitez pas à partager le lien vers le recueil, à le faire connaître, à le chroniquer ici, chez vous ou sur Feedbooks !

Lire en numérique : traduction vs version originale

En lisant au début du mois un article sur la baisse de TVA sur les textes numériques, je me suis rendu compte qu’outre ce sujet, les articles que j’ai pu lire récemment traitaient des éditeurs, des libraires, d’apocalypses, de piratage, des auteurs, des lecteurs… Pourtant, un acteur majeur me semble oublié systématiquement : le traducteur. Que serions-nous sans lui ? Certes, il peut parfois être critiqué pour ne pas avoir suffisamment collé au style originel du texte qu’il nous conte dans notre belle langue, il n’empêche qu’une majeure partie des lecteurs ne pourraient s’en passer.

Cependant, avec le peu d’empressement de certains acteurs de l’édition traditionnelle à proposer une offre légale, déverrouillée et accessible, je m’inquiète pour les traducteurs. Pourraient-ils être les grands oubliés de la lutte pour démocratiser la lecture numérique ? Ceux que l’on n’évoque jamais (du moins je n’ai pas encore vu leur cas abordé, toute source à ce sujet sera la bienvenue) ?

Ce qui me fait peur pour eux, c’est l’offre légale francophone, en me basant sur ma littérature de prédilection : la SFFF. Naturellement, tout ceci est vu de façon relativement naïve, avec mon regard de non spécialiste, et mes conclusions pourraient paraître rapides, voire simplistes.

Je me suis amusé à comparer ce qui est disponible légalement, en version française et en version originale, avec les prix pratiqués (j’ai choisi de me baser sur Amazon pour les prix en VO lors de cette comparaison, si quelqu’un peut me diriger vers une librairie proposant des ebooks sans DRM en anglais, je suis preneur).

Tout est résumé dans le tableau suivant, où j’ai voulu cibler quelques cycles avec une certaine notoriété. J’aurais pu accroître cette liste, par exemple en me basant sur le récent top 100 des textes SFFF présenté
récemment.

 

VF

VO

Titre

Auteur

Nb. tomes

Prix total

DRM

Nb. tomes

Prix total

DRM

Assassin Royal – partie 1

Robin Hobb

6

89,94 €

OUI

3

13,06 €

OUI

Assassin Royal – partie 2

Robin Hobb

7

104,93 €

OUI

3

14,16 €

OUI

Aventuriers de la mer

Robin Hobb

9

134,91 €

OUI

3

13,17 €

OUI

Soldat Chaman

Robin Hobb

8

119,92 €

OUI

3

16,24 €

OUI

La Cité des Anciens

Robin Hobb

4

59,96 €

OUI

2

8,27 €

OUI

The Hunger Games

Suzanne Collins

1 (tome 1)

14,99 €

OUI

3

13,18 €

OUI

Cycle de Drenaï

David Gemmel

6

29,94 €

NON

11

62,29 €

OUI

Le Trône de Fer

G.R.R. Martin

Non disponible

4 (Bundle)

16,36 €

OUI

La Roue du Temps

Robert Jordan

Non disponible

13

61,28 €

OUI

Le Seigneur des Anneaux

J.R.R. Tolkien

Non disponible

1

13,80 €

OUI

Les Chroniques de Krondor

R.E. Feist

4

19,96 €

NON

Non disponible (???)

Cycle de Dune

Frank Herbert

Non disponible

6

30,71 €

OUI

La Tour Sombre

Stephen King

Non disponible

7

36,38 €

OUI

Je constate trois choses :

  • Certains éditeurs n’ont pas profité du passage au numérique pour revenir sur leur politique désastreuse de découpage des trilogies originales en plurilogies perdant de vue les titres originaux Ces mêmes éditeurs qui semblent baser leurs publications, non pas sur de nouveaux auteurs francophones, mais bien sur des traductions d’œuvres étrangères. Ont-ils bien conscience de l’énormité de leur erreur ? Quand je vois que l’intégrale (ou presque) française numérique de Robin Hobb coûtera au lecteur la bagatelle de 510 € (alors que l’ensemble est disponible en poche pour la moitié de cette somme rappelons-le), alors que l’anglophone ne devra débourser que 65 €, je me dis qu’il faudrait revoir cette politique de prix de façon urgente.
    Même constat pour la trilogie au succès forcément renouvelé sous peu avec son adaptation cinématographique : The Hunger Games. La trilogie originale moins chère que le premier tome français… En prime, c’est de la littérature jeunesse,donc a priori plus accessible. Ça pourrait parler à la « génération Harry Potter » (voir plus bas), non ?
  • Une partie des œuvres fondamentales du genre n’est toujours pas accessible en numérique au lecteur français. Est-ce un choix éditorial ? Un problème pour l’obtention des droits ? Il est quand même étonnant que Dune ou Le Seigneur des Anneaux ne soient toujours pas disponibles. Pour la Roue du Temps, la reprise récente par Bragelonne laisse entrevoir une lueur d’espoir pour des parutions régulières. Mais combien de lecteurs seront prêts à attendre plusieurs années quand l’intégralité de la saga est accessible en anglais ?
  • Le seul cycle que j’aie trouvé qui ne soit disponible en numérique que dans sa traduction française, et pas dans sa version originale, ce sont les Chroniques de Krondor. Étrangement, c’est l’un des seuls éditeurs à jouer vraiment le jeu dans son passage au numérique qui le propose, et sans DRM. Ah Bragelonne… C’est aussi chez Brage que le Cycle de Drenaï de David Gemmel arrive petit à petit en numérique, sans DRM, et à un prix moindre que la VO. CQFD ?

Potentiellement, on peut imaginer dès lors le manque à gagner pour les traducteurs avec le passage au numérique. Qui se tournerait vers une offre dont les prix sont complètement à côté de la plaque, avec des fichiers dopés aux DRM, et encore quand ceux-ci sont disponibles !

Certes on pourrait objecter à tout cela que lire en anglais n’est pas à la portée de tous et je le conçois bien volontiers. J’aimerais cependant rappeler l’engouement il n’y a pas si longtemps de centaines d’adolescents pour Harry Potter et qui sont allés lire en anglais pour ne pas devoir attendre la traduction des nouvelles aventures de leur sorcier préféré. Ces mêmes adolescents qui ont grandi un smartphone dans une main, une tablette dans l’autre. Ne risquent-ils pas de représenter demain une part (négligeable ? fondamentale ?) du lectorat numérique ? Quel choix feront-ils pour leurs lectures, eux qui ont déjà franchi le pas par le passé ?

Mesdames et messieurs les éditeurs traditionnels, souhaitez-vous les faire fuir vers la lecture en version originale, au risque d’asphyxier les traducteurs sans qui vos catalogues ne seraient pas ce qu’ils sont ? Ou pire, voir ces lecteurs potentiels se tourner vers des offres alternatives, en ne répondant pas à leurs attentes, en ne proposant pas les œuvres qu’ils aimeraient (peut-être) lire ?

Pour moi, le virage s’était déjà amorcé sur le papier, par envie de lire dans le style original de l’auteur bien sûr, mais aussi à cause d’une forme d’exaspération pour les découpages intempestifs de certaines sagas. Il va se poursuivre naturellement en numérique, les extraits proposés gratuitement dans certaines librairies permettant de se faire une idée du degré de difficulté avant achat.

Et vous ? Seriez-vous prêts à vous mettre à la lecture en anglais pour bénéficier d’une offre légale coïncidant avec vos attentes, pour pouvoir accéder aux textes que vous souhaitez lire ?

Nota bene : Je n’ai pas osé solliciter de traducteur pour rédiger cet article, mais si le hasard amenait l’un d’entre eux à me lire et qu’il souhaite s’exprimer sur le sujet, il sera le bienvenu.

Le Waldgänger

Un petit soupir nostalgique au moment de débuter cet article car, après plusieurs semaines d’aventures, Le Waldgänger a atteint son sixième et ultime (pour le moment ?) épisode.

Le Waldgänger, c’est une série en 6 épisodes, thriller fantastique sorti de l’imagination fertile de Jeff Balek, publié par Numériklivres dans la collection 45 minutes (comme le temps de lecture moyen d’un épisode). Le Waldgänger transcende les limites du simple texte pour se faire transmedia. Bande originale metal/rock en cours de réalisation par le groupe Hopkins,  un web-docu dont le lecteur est le héros, alimenté par des lecteurs de la série, l’immersion est totale.

Le Walgänger, c’est un premier épisode gratuit, et une addiction quasi immédiate pour ce récit qui voit naître un super-anti-héros.

Le pitch :

Lors d’une mission archéologique organisée par “la Ville” dans le désert, Blake alias le Waldgänger est victime ainsi que toute l’équipe d’une attaque menée par des inconnus. En se mettant à couvert, le Waldgänger découvre une salle ancienne dans laquelle se trouvent un autel, un cadavre et une dague. Le Waldgänger perd conscience en touchant cette dague. À son réveil, à l’hôpital, Blake, défiguré, est bizarrement  pris en charge par l’armée. Il se rend peu à peu compte qu’il est doué d’étranges visions du passé et du présent. Ses intuitions sont décuplées, il sent les choses comme personne. Il ne tarde pas non plus à se rendre compte que sa force et sa rapidité augmentent.Tout cela serait-il lié à la 3eme plaque d’identification qui est apparue à son cou? Dès lors Blake se demande s’il n’est pas en train de devenir fou ou s’il n’est pas victime d’hallucinations.

Vous l’aurez bien sûr compris, j’ai vraiment beaucoup aimé cette série qui renoue avec le feuilleton, genre qui devrait petit à petit faire sa place dans la littérature numérique. Le rythme est haletant, le cliffhanger final de chaque épisode laisse attendre la suite avec impatience. Le style est percutant, direct et efficace, très anglo-saxon dans sa confection. Les personnages sont marquants, et le décor de la Ville est bien dépeint, surtout le quartier de Yumington où se déroule une bonne partie de l’action.

Sans oublier le côté mystique de la quête initiatique de Blake. Les passages où il découvre ses pouvoirs et les expériences de son mentor Hasvérus sont d’ailleurs parmi mes préférés. Le cocktail est détonnant et prend sans problème. On en redemanderait bien une dose supplémentaire.

Une seule question demeure donc : à quand une deuxième saison !

Les six épisodes du Waldgänger

La Traque

Un nouveau texte (écrit en 2009) à découvrir dès à présent sur Feedbooks et sur Atramenta : La Traque. Une nouvelle de cyber-fantasy qui introduit un futur personnage récurrent, Zalphée.

Dans les ombres de la Moonless City, Zalphée est en chasse. Elle traque un dénommé Jephte. Qui est-il ? Pourquoi un tel acharnement de la part de Zalphée ?

A lire et télécharger sur Feedbooks (ePUB, Kindle, PDF) ou sur Atramenta (ePUB, PDF, lecture en ligne).

Vous aussi devenez citoyens de Yumington

Suivez-moi pour devenir vous aussi des citoyens officiels de Yumington !

107_CITOYENNTE_YUMINGTON_Nicolas.B._Wulf.jpg

Qu’est-ce que Yumington?
Yumington est un district de La Ville, cité où évolue de Waldgänger.

Pourquoi devenir citoyen?
Parce qu’en devenant citoyen Yumington, vous recevrez un cadeau collector unique numéroté et à votre nom : votre Certificat de Citoyenneté.
Mais ce n’est pas tout!
Les citoyens de Yumington reçoivent régulièrement des bonus et des infos exclusives ou en avant première.

Comment devenir citoyen de Yumington?
Remplissez simplement le formulaire suivant.
10 citoyennetés seront délivrées par semaine, dans l’ordre des demandes à partir du 23 novembre 2011.

Le Walgänger, c’est un roman feuilleton en six épisodes, publié par Numeriklivres. Le premier épisode est découvrir sans tarder, et gratuitement. Prêts à poser le pied dans Yumington ?

Un grand bravo à Jeff Balek, le serial QR-creator, auteur de ce thriller fantastique et transmedia, qui comble ses lecteurs de bonus divers et variés autour de l’univers de son feuilleton !