Saison 1 – Épisode 4

Vous sentez le jeune astronome se relâcher quelque peu. Il semblait s’attendre à une réaction différente de votre part. Il perçoit que vous êtes intéressé par son explication, aussi la poursuit-il avec davantage de confiance, redressant le museau et vous fixant droit dans les yeux.

— Au début, nous pensions qu’il s’agissait d’une étoile filante comme nous en avons tant observées jusqu’à présent. Et puis, il nous est apparu que ce n’était pas possible. Sa vitesse n’était pas suffisante pour cela, comme si l’objet qui tombait du ciel maîtrisait celle-ci. Les flammes qui l’entouraient étaient alors trop denses pour nous permettre de distinguer ne serait-ce que sa forme. Et puis notre patience a été récompensée. L’objet a brusquement ralenti, tout en changeant de trajectoire. Il est devenu évident que ce n’était pas vraiment une étoile filante.

«  Nous avons pu distinguer peu à peu la silhouette de l’objet. Une silhouette trop régulière pour être naturelle. Les débris célestes qui viennent s’écraser sur notre sol ont souvent des formes aux courbes aléatoires. Celles de l’objet semblent parfaitement maîtrisées. Elles m’ont fait penser à une coque de bateau retournée. Bombée vers le haut et plate en dessous.

« Je me suis alors souvenu de gravures que j’avais pu voir dans des traités sur les fortifications et les essais qui avaient été entrepris par la civilisation Orrek, il y a quatre centaines de révolutions. Leurs architectes militaires avaient imaginé construire une forteresse qui bannirait les lignes droites dans sa muraille extérieure, pensant que les lignes courbes offriraient une meilleure protection face aux projectiles des engins de siège.

Vous réfrénez votre envie de le couper dans son exposé. Qui dit forteresse, dit assaillants. Et tout élément vous permettant d’anticiper les événements à venir pourrait se révéler utile à terme, aussi insignifiant qu’il paraisse sur le moment.

« Les premières tentatives de leurs adversaires leur donnèrent raison. Les blocs de pierre frappaient la muraille avec régularité mais ne provoquaient que de faibles dégâts. L’un des maîtres-sapeurs fut cependant encore plus ingénieux que les architectes. Par construction, la fortification formait un dôme recouvrant l’intégralité de la cité. Les fenêtres et meurtrières percées ne laissaient entrer que peu de lumière. Aussi sembla-t-il logique au maître-sapeur que la cité disposât de substantielles réserves d’huile pour alimenter les besoins permanents en éclairage.

« Avec un petit groupe, il entreprit de creuser un tunnel, non pas pour miner les fondations de la muraille comme ils en avaient l’habitude, cela aurait été inutile avec une construction incurvée comme celle-ci, mais pour tenter de pénétrer dans la cité et incendier ses réserves d’huile.

« Un autre élément le fit réagir. Puisque la cité n’était pas ouverte au ciel, il devait nécessairement y avoir des ouvertures sur le sommet du dôme, de nombreuses ouvertures, pour récupérer l’eau de pluie et remplir des citernes. Il soumit cette observation à son général qui dépêcha une centaine de bipèdes — à l’époque ils étaient d’ailleurs aussi nos alliés et possédaient même encore leurs propres cités — pour escalader la muraille courbe et tenter d’empoisonner les réserves d’eau en exploitant ces orifices.

« Cette stratégie-là fut un échec. Les bipèdes se firent transpercer un à un par les flèches des archers postés sur des parapets invisibles depuis le sol. Les architectes Orrek, on le découvrit à ce moment, étaient passés maîtres dans l’art du trompe-l’œil architectural.

« Quant aux sapeurs, ils accomplirent leur mission avec succès. Une fois infiltrés dans les entrailles de la cité, ils se séparèrent et trouvèrent certaines des cuves d’huile sans qu’aucun d’entre eux ne se fasse repérer. Ils incendièrent celles-ci, créant des réactions en chaîne inattendues. Ils ignoraient que des conduites charriaient le liquide inflammable aux quatre coins des quartiers où étaient situées les cuves. Ils y laissèrent leur vie mais parvinrent involontairement à créer des brèches dans les fortifications, qui n’avaient pas été construites pour résister à des explosions venues de l’intérieur de la cité. La forteresse fut prise en quelques jours, le siège remplacé par une guérilla urbaine où les assaillants avaient l’avantage du nombre.

— Vous pensez que l’objet volant est une forteresse de cette nature ? demandez-vous. Une force d’invasion envoyée par un ennemi trop éloigné pour nous attaquer par la terre ?

— Difficile à dire, vous répond un autre astronome, plus âgé. On peut imaginer que cet objet est guidé par des êtres vivants car on l’a clairement vu ralentir et changer de trajectoire, ce qui ne serait pas possible autrement que par une intervention manuelle.

— Reste la question de la propulsion d’un tel volume, poursuit un troisième astronome, un vieillard à la longue crinière immaculée. Nous savons faire voler et diriger ballons et dirigeables, mais nous serions incapables de faire se mouvoir une masse aussi énorme. Les ingénieurs du Madatt Haara ne sont pas plus avancés que nous selon nos espions. Les royaumes un peu plus lointains ne possèdent a priori pas cette technologie non plus pour ce que nous avons pu apprendre au cours des derniers mois. Je ne peux que vous rejoindre sur le fait que cette création ne provient vraisemblablement pas d’un des territoires que nous surveillons.

— Y a-t-il quelque chose que nous pouvons faire pour stopper cette chose ? demande Jakosam.

C’est le jeune astronome qui vous a accueillis qui répond.

— Rien malheureusement. Cependant, nous aimerions — et je pense que les ingénieurs de Than’Bn’Eekis le souhaiteraient également — que vous nous rapportiez toute information que vous obtiendrez et, encore mieux le matériel lui-même, sur les systèmes de propulsion utilisés par cet engin.

Vous acquiescez et vous préparez à prendre congé des scientifiques pour rejoindre la patrouilleuse Grir’Anbar à la porte Est de la cité lorsqu’une dernière question vous vient à l’esprit :

— Savez-vous combien de temps il nous reste avant que cette forteresse ne touche le sol ?

Avaïane Kenons, doyenne des astronomes, vous regarde et secoue la tête en signe de dénégation. Elle se tourne vers un scientifique affairé à de savants calculs à un des pupitres situés sur le pourtour de la plateforme d’observation. Il lève une main en montrant deux puis trois doigts.

— Nous savons juste qu’elle ne pourra pas le faire avant deux ou trois déclins. Elle arrive trop vite encore pour atterrir de façon sûre. Face à cette technologie inconnue, nous ne pouvons que formuler des conjectures, mais nous pensons qu’elle devra faire un large détour pour parvenir à se poser sans dommage. À condition qu’elle souhaite se poser sur notre territoire, ce qui n’est pas certain.

Vous la remerciez et quittez l’observatoire avec Jakosam.

C’est donc à un ennemi sur lequel vous ne pouvez pas poser de nom pour l’instant qu’il vous faudra faire face quand votre expédition atteindra le lieu de l’atterrissage — car il n’est plus question de parler d’étoile qui va s’écraser — de la forteresse volante. Nul doute que vous aurez besoin de renfort face à ce potentiel envahisseur. Et il vous parait évident que tout sera fait pour que des troupes soient envoyées à votre suite. À vous de jouer le rôle d’éclaireurs et de réunir un maximum de renseignements pour le Stratège Llanggs.

Reste une dernière décision à prendre : comment allez-vous rejoindre le site d’atterrissage de la forteresse ?

Vous avez jusqu’au samedi 2 juillet pour voter pour la suite de l’aventure !

(Edit du 03/07/16) Prolongations : Vous pouvez voter jusqu’au mercredi 6 juillet ! À vos votes !

Vu que le trajet jusqu’à la porte Est vous fait passer à proximité de sa base, vous allez, maintenant que vous disposez de nouvelles informations pouvant aider à la convaincre, solliciter l’aéronaute Lannara Att pour qu’elle vous y mène en ballon. Naturellement, il faudra que son ballon puisse transporter six passagers.

Publicités

Une réflexion sur “Saison 1 – Épisode 4

  1. Pingback: Saison 1 – Épisode 3 | Le BDVELH

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s