Du côté de chez Madeleine

Gros gros coup de nostalgie ce soir dans un magasin d’art. Carnets de croquis en promo, j’effleure la couverture de celui qui est sur le dessus de la pile, et là, c’est la remontée immédiate au travers de ce simple contact.
La texture est la même que celle des agenda que ma grand-mère ramenait de son travail pour que ma sœur et moi ayons de quoi dessiner quand on était gamins. Ces mêmes agendas dans lesquels j’avais ébauché l’écriture d’un premier LDVELH quand j’étais petit.
Tout ça est remonté d’un coup. Presque les larmes aux yeux quand les souvenirs ont afflué. Ce fut intense. Et je suis reparti avec ce carnet, en continuant de me remémorer tous ces bons moments avec ma mémé alors que la couverture continuait à m’envoyer des échos à travers le temps, sa texture sous ma main.
En écriture, on évoque souvent le déclic libérateur qui permet de se lancer ou se relancer dans son projet. Je tiens peut-être enfin le mien.

Advertisements

2 réflexions sur “Du côté de chez Madeleine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s