De la triche dans les LDVELH

Qui dit LDVELH, dit pièges mortels, choix peu judicieux, curiosité malvenue menant au trépas et dés malveillants provoquant notre malchance. Et une fin d’aventure prématurée. La tentation est alors forte de recourir à divers subterfuges et la résistance du lecteur peut être sérieusement entamée alors qu’il essuie un énième revers. Il finit par céder au chant des sirènes. Il triche !

Ne regardez pas vos pieds d’un air gêné, on est tous passé par là au moins une quelques fois. Certes, un village d’irréductibles lecteurs parvient encore à résister à la tentation avec panache, mais globalement on y a cédé plus ou moins régulièrement. Et je ne suis pas le dernier concerné.

16_defis_sanglants_oceanEn toute honnêteté, je me lance toujours dans une aventure à la régulière, sans envie de me gâcher la lecture en trichant. La seule entorse que je me permets, c’est lors du tirage des caractéristiques. Par exemple, si j’attaque un des Défis Fantastiques, au lieu de jeter un dé pour mon HABILETÉ, deux autres pour l’ENDURANCE et enfin un dernier pour la CHANCE, je jette quatre dés en même temps et les repartis selon mon bon vouloir.

À partir de là, j’ouvre un compteur de tentatives pour savoir combien d’essais il m’a fallu pour l’emporter. Mes 10 ou 15 premières tentatives (un peu moins dans les premiers volumes que j’ai ouvert cet été, mais maintenant je m’y tiens), j’essaie de ne pas recourir aux subterfuges que je vais décrire ci-après. D’ailleurs, si je tire des caractéristiques bien moisies, j’utilise cet essai pour explorer des chemins un peu différents. J’ai testé pas mal de chemins de Défis sanglants sur l’océan avec des personnages kamikazes aux caractéristiques ne permettant pas de survivre très longtemps (même si j’ai parfois été surpris).

Et puis vient l’échec de trop. Souvent à cause d’un mauvais choix de ma part (du style je suis allé à gauche a un lieu de droite et je suis tombé dans un piège que rien ne laissait présager) ou pire encore, d’un jet de dés fatal. Rien n’est plus frustrant que de perdre sur un lancer malchanceux (et là je ne parle pas de tenter ma chance). J’enclenche alors le premier niveau de triche : les « points de sauvegarde ». Je reprends l’aventure à partir d’un moment clé, sans reprendre depuis le début. Et j’ajoute un bâton supplémentaire au nombre de tentatives. Par la suite, je reste sur cette stratégie, choisissant après chaque nouvel échec un paragraphe qui me permette de reprendre à un moment « intéressant ». Parfois, mais pas systématiquement, je remets ma feuille d’aventure dans l’état dans lequel elle était à mon premier passage à ce paragraphe. Tout en continuant à comptabiliser chaque nouvelle tentative bien sûr.

Arrivé à un certain nombre d’échecs, je passe au niveau 2 de triche, celui qui rend le jeu bien moins palpitant et qui marque un début de lassitude face à la répétition des revers : le grand classique du doigt qui reste entre deux pages alors que je vais voir ce qui se passe aux divers paragraphes possibles et en choisissant la meilleure solution.

Il reste également l’épineux problème des jets de chance ratés parce qu’il ne nous en reste que 4 points et que la fin se rapproche. Que passer à la suite de l’aventure passe par la réussite obligatoire à ce jet-là. Aussi bizarre que ça puisse paraître, je ne passe jamais au paragraphe suivant en considérant que j’ai réussi le jet. Non. Je renouvelle le jet jusqu’à le réussir et je poursuis le compte des essais (quand même). Je l’ai fait également pour un combat, celui contre la Manticore des Collines Maléfiques (mais je n’ai pas fait le compte de mes tentatives pour ce livre, dommage).

07_ile_roi_lezardÀ titre d’exemples, il m’a fallu 5 tentatives pour terminer La Cité des Pièges, 2 tentatives pour Les Sept Serpents, 39 (!!!) pour La Couronne des Rois, 40 pour Défis sanglants sur l’océan (sans atteindre la victoire en plus) et 1 seule tentative pour L’Île du Roi Lézard (et sans tricher !).

La dernière façon de tricher que j’ai employée depuis que j’ai rouvert des LDVELH, c’est de ne pas effacer la mémoire du personnage en recommençant l’aventure, que ce soit depuis le début ou en repartant d’un paragraphe de mon choix. C’est l’aspect que je trouve le plus délicat à gérer. C’est ainsi que j’ai bouclé La Cité des Pièges au terme de ma 5e tentative seulement. J’ai gardé en mémoire les indices qui sont obligatoires à récolter, même si le nouveau trajet emprunté ne me permettait pas de les apprendre de nouveau. J’avoue qu’avec le recul, je me suis bien gâché le plaisir en trichant ainsi. Le challenge est devenu moins relevé ainsi.

04_couronne_roisMais je crois que le pire moment de triche, celui qui a tué tout l’intérêt du final tel qu’il aurait dû avoir lieu, c’est dans La Couronne des Rois que je l’ai vécu. Dans la série Sorcellerie !, il y a un sortilège légendaire et sa bonne utilisation est une des clés de l’ultime tome. Et en trichant, je suis totalement passé à côté de tout l’aspect génial développé autour de ce sort. De quoi vous dégoûter de recourir à la triche finalement… D’ailleurs, je compte limiter de plus en plus les moments où je vais me laisser tenter. Trop triste de se gâcher le plaisir comme cela. Il vaut mieux laisser son bouquin de côté et d’en jouer un autre le temps d’évacuer la frustration, et le reprendre calmement. Et surtout, tenir une trace du chemin parcouru. Mais ça c’est une autre histoire…

Et vous, comment trich(i)ez-vous ? Avouez-nous tout sans tabou.

Advertisements

9 réflexions sur “De la triche dans les LDVELH

  1. J’ai oublié le coup honteux que j’ai fait dans La Couronne des Rois (il est raide celui-là) : me rajouter quelques points de vie avant de refaire un combat, comme si j’avais pris un repas juste avant… ^^

  2. J’ai pas mal joué à ces bouquins quand j’étais gamin. C’était génial. Mais comme je n’aimais pas trop tricher (cela tuait mon intérêt pour le jeu), je ne finissais aucune aventure…

    Ta solution du point de sauvegarde est parfaite je trouve ! Elle abolit le problème principal de ces livres : la répétition. Ces points de sauvegarde devraient quasiment être prévus dans les règles, avec des endroits prévus pour dans le livre, etc.

    Le « doigt entre deux pages » par contre, c’est laid ! ^^

  3. Je trouve ça très très moche aussi… Ultime recours du joueur/lecteur en perdition dans l’aventure ! ^^

    Pour les points de sauvegarde les derniers LDVELH de Walrus les intègrent en proposant au joueur/lecteur de reprendre à partir d’un certain point de l’aventure au lieu de recommencer au 1. Certes ça peut paraître arbitraire, mais ça permet de reprendre là où l’aventure démarre réellement, ou bien à l’arrivée dans le dernier lieu visité. C’est vraiment plaisant.

    Maintenant, après quelques expériences malheureuses ces derniers temps (rhaaaaa La Couronne des Rois et tout le passage autour de l’utilisation de ZED que j’ai zappé, je m’en veux comme pas possible), je vais essayer de ne pas du tout tricher. Même si ça risque d’être tentant parfois. ^^
    Ou au moins de restreindre aux points de sauvegarde, mais en reprenant l’aventure dans l’état où j’étais parvenu au paragraphe que je choisirai pour reprendre… J’ai même pensé à 2 possibilités de règles liées à ces checkpoints : soit d’en avoir un nombre limité (2 ou 3 max), soit d’être obligé de les noter (comme le fait de devoir sauvegarder manuellement dans un jeu vidéo). Ça permettrait de conserver le piment lié au risque.

  4. Pingback: La revue de l’après-fin du monde | Jartagnan.com

  5. Un seule tentative pour l’Île du roi lézard que je trouvais assez difficile. On arrive jusqu’au roi lézard mais on a pas assez de points de vie pour le combat final. Donc je ne sais pas comment tu as fait. Ou plutôt si, tu as évité un certain nombre de combat et optimisé ton itinéraire.

    • J’ai eu de la chance au tirage des caractéristiques (en jetant 4 dés + répartition au choix) : 12 en HABILETE et 12 en CHANCE. Sur ma feuille d’aventure j’ai la trace de 28 combats, j’ai pas dû en éviter beaucoup. ^^
      Par contre, j’ai sûrement eu pas mal de bol dans mes choix de chemins puisque je suis arrivé face au Roi Lézard avec tout ce qu’il fallait pour l’affronter (poudre de protection, épée de feu, singe). J’ai parcouru quand même 147 (si mon compte est bon) des 400 paragraphes, sachant que certains chemins nous font faire une boucle. Peut-être pas le trajet le plus otpimisé, mais je m’en suis vraiment bien sorti.
      Bizarrement, c’est la première fois où je trace un graphe exhaustif de tout ce que j’ai fait dans l’aventure (avec des notes concernant les événements qui surviennent dans les paragraphes de combat ou de découverte d’objet/indice). Est-ce que ça a joué ? Je l’ignore. Mais c’est une vraie victoire à la régulière. 😉

  6. Pour moi le 1, ce n’est pas vraiment de la triche. C’est communément appliqué dans le jeu vidéo. A ma connaissance il n’existe qu’un seul jeu vidéo dans lequel il n’est pas possible de faire une sauvegarde de sa partie 😀

    Sinon, je les ai toutes pratiquées ces triches et je suis sûre que je les pratiquerais encore plus maintenant, vu que j’ai moins le temps que quand j’avais 11 ans.

    D’ailleurs j’ai fait un Sherlock Holmes il y a quelques temps et je n’avais pas envie de m’embêter avec le dé alors je faisais comme si j’avais le jet de dé le plus avantageux possible à chaque fois :p

    Après je trouve que les livres où on est trop souvent game over sont mal équilibrés ou trop restrictif sur les différents chemins pour arriver au bout, le cul de sac (se finissant en général par la mort du personnage) étant le meilleur moyen de ramener le joueur dans le « droit chemin ».

    • Pour la question de l’équilibre des livres, La Taverne des Aventuriers (http://www.la-taverne-des-aventuriers.com) propose un topic cherchant à proposer des caractéristiques minimales pour chacun des Défis Fantastiques, histoire d’avoir une chance de le terminer à la régulière.

      Certains One True Path trop jusqu’au-boutistes peuvent dégoûter le joueur, c’est clair. L’autre jour je lisais un topic dans lequel était évoqué un DF où dès le premier choix du joueur, son destin peut être scellé. Pas très rejouable une fois trouvée LA soluce.

      Il n’empêche qu’après l’expérience malheureuse de La Couronne des Rois, j’essaie de plus en plus de limiter la triche, même si du coup ma lecture me prend plus de temps. Par exemple, j’ai dû passer une semaine et demie sur L’Île du Roi Lézard par exemple, en avançant un petit peu dès que je trouvais du temps libre. Après c’est un choix. Je ne relis pas les LDVELH que pour le plaisir du jeu, mais aussi à titre de documentation avant d’écrire mon mien à moi. 😉

      • Dis tu es plein de ressources toi. Je note ce forum.

        Pour les DF, l’avantage c’est que c’est des one shots. Et toi ça te permet d’expérimenter pour écrire le tien. Bonne chance en tout cas 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s