Jon Shannow – Tome 2 : L’Ultime Sentinelle

jonshannow-lultimesentinelle.jpegSecond récit de David Gemmell mettant en scène Jon Shannow, le cavalier à la recherche de Jérusalem. Toujours en lecture dans l’intégrale à 10 € parue cette année pour les 10 ans de Bragelonne.

Les portes du temps ont été forcées, et un mal ancestral s’apprête à déferler sur le monde. Seul Jon Shannow, le héros légendaire, peut refermer ce portail. Mais pour ce faire, il doit trouver la célèbre Épée de Dieu.

On dit qu’elle flotte au milieu des nuages, au-dessus des terres périlleuses qui s’étendent de l’autre côté du Mur. On dit que, là-bas,
des bêtes marchent comme des hommes et vénèrent une sombre déesse. Déjà, monstres et démons se réunissent pour empêcher Jon Shannow de mener cette quête impossible. Déjà, quelque part, une femme aux cheveux d’or se met à rêver de sang…

Je l’avais évoqué dans la chronique du premier tome, cette suite apparaît d’entrée bien moins palpitante. Presque décevante au terme de la lecture. Si ce sont les personnages gravitant autour de Shannow auquel vous vous étiez attachés, vous n’en retrouverez aucun ici. Le récit en est presque totalement détaché, si ce n’est les références aux événements du premier tome et les connaissances dont Shannow dispose pour cette nouvelle aventure. La narration est trop virevoltante à mon goût, chaque chapitre étant très court (34 chapitres cette fois-ci contre 13, pour un roman un poil plus court).

L’intérêt ne réside ni dans l’intrigue (très laborieuse à se mettre totalement en place et pas franchement palpitante), ni dans l’univers lui-même (que l’on retrouve avec un grand plaisir, mais pour lequel on apprend bien peu de choses en comparaison des trouvailles, pas toujours originales mais qui avaient le mérite d’être là, du premier tome). C’est certainement l’évolution du personnages de Shannow qui rend ce volume attractif. Se sentant vieux et moins réactif, en proie au doute quant à ses actions, il dévoile des facettes un peu plus complexes de sa personnalité. Ses actes sont du coup bien moins héroïques et impressionnant que dans Le Loup dans l’Ombre.

La lecture n’est pas déplaisante, loin de là, mais après une première aventure qui tenait en haleine, avec des enjeux clairs dès le début, ici on se laisse porter par le style concis de Gemmell, mais sans vraiment s’intéresser aux événements. Et puis le final est quelque peu… tiré par les cheveux !

J’ai lu que c’était pour certains un tome de transition entre le premier et le troisième volume de la trilogie. Après trois chapitres, celui-ci semble en effet retrouver le type de narration du Loup dans l’Ombre, et l’univers retrouve davantage de consistance. A voir…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s