Lignes de Vie

Coventry, durant la Seconde Guerre mondiale.
Une famille de sept sœurs aux vies ordinaires… et extraordinaires. Des vies fondées sur la loyauté et la trahison, l’amour et la frustration, l’angoisse et l’espoir, dominées par la sagesse et les traditions d’une matriarche indomptable, truculente et terrible. Des vies simples et émouvantes auxquelles se mêlent, presque imperceptiblement, l’étrange et le merveilleux.

Cassie, la plus jeune des sœurs, a eu un petit garçon d’un père inconnu et n’a pas eu le courage de le céder à des parents adoptifs. Comme elle est fantasque, imprévisible et sujette à des troubles mentaux, en bref "la dernière fille au monde à qui laisser la garde d’un enfant", la matriarche décide que le petit Frank sera élevé par chacune des sœurs, à tour de rôle. Ainsi l’enfant sera-t-il le témoin privilégié de ces vies aux lignes si différentes, dans les drames et les illusions de l’après-guerre.
Mais Frank est un enfant particulier, qui semble avoir des dons surnaturels ; comme sa jeune mère, sensible à des signes invisibles ; comme sa grand-mère, parfois visitée par des apparitions lui annonçant l’avenir…
Et au cœur de leur histoire, il y a eu la nuit du bombardement de Coventry par la Luftwaffe. La jeune Cassie s’est trouvée en plein cœur de cette nuit d’horreur hallucinatoire et y a laissé son secret le plus précieux…

Ce roman de Graham Joyce diffère de la classique production fantasy qui constitue une majeure partie du catalogue de Bragelonne. Ici le lecteur se retrouve ancré dans le quotidien de cette famille, mais un quotidien loin d’être banal ! Nous suivons ainsi Frank, passant de la vie d’une de ses tantes à celle d’une autre, avec les règles propres à chaque foyer. Des réunions médiumniques à la communauté libertaire de Ravenscraig, en passant par la ferme où il aime retrouver "l’homme derrière la vitre", l’enfant nous permet de traverser le destin de ces sept soeurs.
La lecture de ce roman est fort agréable, bien rythmée par le découpage en courts chapitres, le plus long étant celui qui relate les événements de la nuit du bombardement, bien plus développé que le reste du récit. On navigue de la réalité au fantastique, sans que celui-ci ne prenne une part trop dominante. Avant tout, ce sont les relations entre ces soeurs, orchestrées par leur mère, que nous présente Graham Joyce. Le style rendu par une bonne traduction sait être formidablement imagé quand cela s’avère nécessaire, et demeure également plaisant durant l’ensemble du récit.
On ressort de cette chronique familiale avec une sensation de bien-être, mais aussi de regret à devoir quitter certains personnages très attachants.
A travers cet excellent roman, j’ai aussi découvert un grand écrivain, fort sympathique comme j’ai pu m’en rendre compte au Salon du Livre, dont le prochain récit, Do the Creepy Thing, est prévu en VO pour le 6 juillet 2006 !

Publicités

2 réflexions sur “Lignes de Vie

  1. Perso, j’ai rien contre eux, bien au contraire ! Je trouve qu’ils ont pris une excellente initiative en publiant les trois volumes du Maître du Temps en un seul tome !!! Il ne me reste plus qu’à mettre la main dessus !   ^_^

  2. La couverture à elle seule donne le ton, elle est belle est étrange. Le logo de Bragelonne fait presque « pas à sa place », c’est bizarre.
    En tout cas, suivre 7 soeurs, ça ne doit pas être de tout repos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s